Je retiendrai une date : en 1972, cette avocate avait défendu devant les tribunaux une jeune femme qui s’était faite avorter des suites d’un viol et avait obtenu sa relaxe.
Nous venons de loin…. et sans son engagement Lucien Neuwirth aurait-il pu légiférer sur la contraception et Simone Veil à propos de l’IVG ?
La libération de la femme paraît actuellement une évidence grâce à des pionnières comme Gisèle Halimi et la route est encore longue puisque leurs salaires, par exemple, restent inférieurs à ceux des hommes à compétence égale !
Après tout, je pense souvent à cette phrase du regretté Cavanna, certes provocatrice mais tellement juste «je suis pour la liberté des femmes car elle libère les hommes » . À méditer…..