Discours à l'occasion de la venue de Jean-François Copé à Châteaurenard
Votre député
TwitterFacebook
Actualités

Posté le Août 27, 2012 dans Discours

Discours à l’occasion de la venue de Jean-François Copé à Châteaurenard

Jean-François Copé nous a fait l’honneur de sa présence puisqu’il était hier à Châteaurenard. Le Secrétaire général de l’UMP a annoncé lors de ce rassemblement sa candidature à la présidence de l’UMP. Le Député Bernard REYNES lui apporte  tout son soutien, comme en témoigne le discours qu’il a tenu ce dimanche 26 août:

“Bienvenue, cher Jean-François, à Châteaurenard, dans ce coin de Provence peut être moins connu des parisiens, mais qui est une terre de tradition, d’authenticité et de ruralité !

C’est certes le parlementaire qui accueille avec infiniment de plaisir ses collègues, mais c’est aussi l’élu de terrain, le maire qui reçoit avec bonheur toutes les forces vives de notre parti, les élus, les militants, les sympathisants et tous ces jeunes, les jeunes actifs, les jeunes pop qui ont fait un travail formidable pour nous aider à assurer le succès de cette magnifique manifestation.

Ce rendez vous annuel revêt aujourd’hui une signification particulière.

Dans quelques semaines, nous devrons choisir un nouveau patron pour notre mouvement pour incarner un nouveau projet, un nouvel espoir pour les français et donc pour porter une opposition forte et résolue.

Mais nous devons au préalable faire une bonne grille de lecture de ce que nous ont exprimé nos concitoyens lors des élections présidentielles et législatives.

Ils ont exprimé des espoirs mais aussi des doutes, une souffrance voire même pour certains une colère .

Je le dis tout net : immigration, insécurité, identité, ce n’est pas le triptyque du Grand Sud Est ! … et je n’oublie surtout pas le grave problème du communautarisme qui mérite une réponse qui ne souffre d’aucune ambiguité : celle de la République laïque.

Si tant de nos amis sont tombés lors de triangulaires ravageuses, et j’ai une pensée particulièrement affectueuse pour eux aujourd’hui, ne nous trompons pas, les résultats électoraux ici ne font qu’anticiper une tendance nationale si nous ne revenons pas sur le terrain, au plus prés de nos concitoyens.

Plutôt qu’ une logique d’appareil, qu’ une forme de parisianisme distancié de la réalité du quotidien, il nous faut revenir aux fondamentaux, nous ressourcer dans la vraie vie en écoutant, en cherchant des réponses concrètes en associant toutes les bonnes volontés . Sinon d’autres que nous capitaliseront sur les échecs inéluctables de la politique socialiste.

Une cure d’opposition, ce n’est pas une malédiction à condition que nous lui donnions du sens.

C’est une leçon de modestie propice aux remises en question, c’est l’occasion de reconstruire mais en partant de la base.

De la base pour préparer une nouvelle génération, de la base pour détecter les nouveaux talents, de la base pour mieux associer militants et sympathisants et redevenir un vrai parti populaire, de la base pour reconquérir tout le pouvoir local que nous avons peut être trop facilement abandonné.

Alors , nous allons débattre, et tant mieux, dans le respect des uns et des autres pour choisir un leader pour les 3 prochaines années !

Alors nous sommes nombreux, cher Jean-François, à nous tourner vers toi car tu présentes des atouts particulièrement solides et parfaitement adaptés aux circonstances.

Il nous faut un combattant, un homme pugnace qui s’investisse corps et âme comme tu l’as fait dans ton engagement total pour la campagne de Nicolas Sarkozy.

C’est une question de tempérament, mais aussi de conviction, celle d’une droite fière d’elle même et surtout pas complexée.

Il nous faut un homme de terrain, j’ai beaucoup insisté sur ce point.

C’est le Maire de Meaux , commune de 27 nationalités , qui a construit le responsable politique que tu es devenu  au plus prés des réalités de nos concitoyens ! …et ils t’ont plébiscité …

Il nous faut un organisateur. Tu as refusé tous les ministères pour te consacrer à donner un nouvel élan , dans un contexte très difficile, à ce que doit être un grand parti moderne et d’opposition.

Enfin , il nous faut un rassembleur. Rappelons tous les Cassandre qui prédisaient l’implosion de l’UMP. Jean-François a su garder la maison en fédérant toutes les sensibilités, tous les courants indispensable à la vitalité de notre parti .

Voilà, mes chers amis, ces convictions que je voulais vous faire partager.

Mais je veux que vous sachiez, comme tous ici, que les vertus de Jean-François n’enlèvent rien à celles de François Fillon.

J’ai beaucoup de respect et de reconnaissance pour le 1er ministre qu’il a été mais nous ne choisissons pas aujourd’hui un chef de gouvernement, encore moins un candidat pour les présidentielles, nous sommes dans l’opposition et nous choisissons le 1er des militants.

Il y a d’autres candidats, tant mieux, le débat n’en est que plus riche, il donne du sens à notre engagement, il permet de dessiner notre feuille de route pour les 3 prochaines années .

Jean-François, ce chemin nous sommes nombreux à vouloir le faire avec toi .

Regarde, autour de toi, cette ferveur, cette amitié, cet espoir que tu incarnes.

Jean-François, nous voulons t’accompagner, allez …. il est temps que tu te mettes en marche pour construire un nouvel avenir pour notre parti au service de la France et des français.”

Top