Découvrez l’édito du nouveau « Journal du Député » Bernard Reynès, le premier de ce nouveau mandat, diffusé à compter d’aujourd’hui dans les 60.000 boîtes aux lettres de notre circonscription :

« C’est un grand bonheur d’avoir remporté, grâce à vous tous, cette élection législative avec un score aussi clair ! Ce fut aussi une immense émotion qui m’a submergé, le 18 juin dernier, quand j’ai pu constater ce sursaut des uns et des autres pour ma réélection. J’y ai vu un message de reconnaissance et d’amitié.
Mes premiers remerciements vont à toutes celles et tous ceux qui se sont mobilisés sans arrêt, lors des mois de canicule de mai et juin, pour distribuer journaux, tracts, lettres. Cette magnifique victoire est aussi la leur !
Aujourd’hui, je tire deux leçons de cette élection.
D’abord, ce succès n’est pas celui des Républicains ! Beaucoup d’entre vous qui ne partagent pas mes convictions politiques m’ont rejoint et c’est pour moi un devoir de vous le rendre ! Je tiens ainsi à vous associer totalement à ma victoire. Je suis redevable.
Ensuite, je tire le constat qu’on ne peut plus continuer à faire de la politique comme avant. J’ai entendu votre scepticisme, vos critiques voire votre colère. Il faut que la Droite se remette en question pour sortir de cette bunkerisation qui nous a coupés des couches populaires. La refondation des Républicains est indispensable pour recréer un vrai parti plus proche de nos concitoyens.
Car tout a changé ! Cette élection a été un véritable bouleversement. Le parti ne peut plus rester arc-bouté sur des fondements obsolètes. Nous devons fondamentalement nous renouveler. Un parisianisme excessif nous a porté tort ! Paris n’est pas la France et la ruralité, le terrain, les classes moyennes se sont clairement sentis oubliés. La vie politique est un rapport de force. Je remarque que dans ces législatives, c’est la province qui a résisté le mieux. Je vais donc continuer à porter à Paris la voix de la colère qui se fait entendre ici et m’exprimer plus fortement…
Comme je l’avais dit pendant la campagne, je ne ferai en rien une opposition frontale au gouvernement : toutes les réformes économiques qui pourraient libérer les entreprises, les agriculteurs, les commerçants, les artisans, je les voterai sans état d’âme. Par contre, je serai intransigeant sur l’immigration, la sécurité, le communautarisme ou la laïcité, autant de sujets qui restent une préoccupation majeure pour nos concitoyens !
C’est pour ces raisons que je soutiens la candidature de Laurent Wauquiez à la présidence des Républicains. Laurent Wauquiez qui a le courage, le volontarisme et l’intelligence bien loin du portrait que voudraient en faire certains médias qui ne cessent de tirer à boulets rouges !
Ceci dit, je suis heureux qu’il y ait d’autres candidats et je ferai tout pour que le climat soit serein sur notre circonscription. Les divisions de la Droite, ça suffit ! »